Le Moyen-Orient abrite de nombreux sites culturels parmi les plus précieux de la région, qui constituent des attractions touristiques majeures et des symboles de l’identité nationale, culturelle et religieuse.

Ces sites, qui comptaient parmi les premiers établissements humains après la migration de l’humanité depuis l’Afrique et qui étaient liés aux premières routes commerciales du monde, notamment la route de la soie et la route des épices, sont aujourd’hui menacés par des décennies de conflits et de guerres.

Ces dernières années, des efforts ambitieux ont été entrepris par l’Unesco, l’agence culturelle des Nations unies, pour recréer ce qui a été perdu et préserver le riche patrimoine culturel de la région.

Sept sites spectaculaires du patrimoine de l’Unesco à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Chaque année, le 18 avril, les Nations unies célèbrent la Journée internationale des monuments et des sites afin de sensibiliser à la diversité du patrimoine culturel, à la vulnérabilité des sites et des monuments et aux efforts nécessaires à leur protection et à leur conservation.

Voici une liste des sites les plus importants de la région, des ruines préislamiques menacées par la guerre aux tombeaux anciens qui attirent des millions de touristes par an.

Babylone, Irak

 

Des touristes étrangers visitent Babylone, en Irak. Toutes les photos : Reuters

Depuis 1983, les autorités irakiennes tentent de faire reconnaître par l’Unesco Babylone, un complexe de 10 kilomètres carrés dont seulement 18 % ont été fouillés.

Leurs efforts ont été reconnus en 2019 après que le comité de l’Unesco a voté pour inscrire la tentaculaire métropole mésopotamienne de Babylone au patrimoine mondial.

Il y a plus de 4 000 ans, la ville était le centre de l’ancien empire babylonien, situé à cheval sur l’Euphrate, à près de 100 kilomètres au sud de Bagdad.

Babylone s’est développée en une ville fortifiée de temples et de tours en briques de boue, aujourd’hui connue dans le monde entier pour ses jardins suspendus, la tour de Babel et la porte d’Ishtar, une structure bleue ornée de taureaux, de dragons et de lions représentant divers dieux.

LIRE PLUS

Liste du patrimoine immatériel de l’Unesco : la fauconnerie s’agrandit, la soupe Joumou et la rumba congolaise sont ajoutées

Le site a été considérablement affecté par les nouvelles structures construites sous la direction de Saddam Hussein, puis endommagé par les soldats lors de l’invasion dirigée par les États-Unis qui l’a renversé en 2003.

“Lors de l’inscription par le Comité du patrimoine mondial, plusieurs facteurs ont été identifiés comme affectant le bien, notamment les constructions illégales, les décharges d’ordures et les incendies, la pollution industrielle à petite échelle, les empiètements urbains et d’autres facteurs environnementaux”, a déclaré au National un responsable de l’Unesco.

Babylone est l’un des 7 000 sites archéologiques que compte l’Irak, dont beaucoup ont été détruits par ISIS ou ravagés par le pillage lucratif d’artefacts.

Petra, Jordanie

Un touriste pose pour des photos devant le site du trésor dans la ville antique de Petra, en Jordanie. Reuters

Autrefois foyer des anciens nomades arabes nabatéens préislamiques, Pétra était un centre de commerce de l’encens, colonisé par la suite par les Romains au premier siècle avant Jésus-Christ.

Petra a été décrite par l’Unesco comme “l’un des biens culturels les plus précieux du patrimoine culturel de l’humanité”. Le site est à moitié construit, à moitié sculpté dans le flanc d’une gorge rocheuse et est entouré de montagnes criblées de passages, d’anciennes habitations et de tombes.

En 1985, il a été classé au patrimoine mondial et en 2007, il a été élu comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde.

Le site, situé à 280 kilomètres au sud de la capitale jordanienne Amman, est connu pour être une destination touristique incontournable. Pétra accueille généralement plus de 1,13 million de touristes par an, dont un million de visiteurs internationaux.

Palmyre, Syrie

La citadelle de Fakhr Al Din II surplombe l’ancienne cité romaine de Palmyre avec une vue sur la Grande Colonnade. AFP

Palmyre était l’un des plus importants centres culturels du monde antique, selon l’Unesco, qui l’a décrite comme le carrefour de plusieurs civilisations. Elle a associé les techniques gréco-romaines aux traditions locales et aux influences perses.

Située au cœur du désert syrien, au nord-est de Damas, la principale rue à colonnades de Palmyre s’étend sur un kilomètre et constitue l’axe monumental de la ville.

La Syrie compte six sites inscrits sur la liste d’élite du patrimoine mondial de l’Unesco, qui ont tous subi des dommages pendant les dix années de guerre civile.

Mais les dommages subis par Palmyre ont été parmi les plus choquants après la prise de contrôle du site par ISIS en 2015, détruisant le temple de Baalshamin, un site païen vieux de plus de 2 000 ans converti en église au Ve siècle, et le temple de Bel, un site de culte au dieu mésopotamien du même nom.

Palmyre faisait autrefois partie des principales attractions du pays, avec jusqu’à 150 000 visiteurs par an avant que le conflit civil n’éclate en 2011. Les forces syriennes soutenues par la Russie ont fini par repousser ISIS hors de la zone, mais les efforts de reconstruction ont jusqu’à présent été limités, en raison de la poursuite du conflit.

Qalat Al Bahrain, Bahreïn

Les ruines du Qalat Al Bahrain. Alamy

Qalat Al Bahrain est un ancien port, un fort et la capitale de Dilmun.

La ville portuaire a joué un rôle important dans l’histoire du pays, un lieu où des personnes et des traditions de différentes parties du monde vivaient, se rencontraient et pratiquaient leurs activités commerciales.

Son émergence en tant que creuset de cultures se reflète dans son architecture et son développement.

Le fort est situé au sommet d’une colline artificielle de 17,5 hectares qui a été construite malgré plus de 4 000 ans d’occupation continue. C’est également le site de l’ancienne capitale de Dilmun et il a fait l’objet de l’une des explorations archéologiques les plus intenses du golfe Persique.

Les fouilles menées au cours des 50 dernières années ont révélé des structures résidentielles, publiques, commerciales et militaires qui soulignent l’importance du site au fil des siècles.

Un musée est ouvert au public depuis 2008. Il comprend cinq salles d’exposition autour de l’imposant mur Tell, avec plus de 500 objets exposés. De nombreuses couches intéressantes de son héritage historique ont été révélées au fil des ans.

Il est situé dans le gouvernorat du Nord, dans le village d’Al Qalah, sur la côte nord, à environ 5,5 kilomètres à l’ouest de Manama.

Al Ain, UAE

Les tombes Jebel Hafit d’Al Ain, vieilles de 5000 ans et en forme de ruche, ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco en 2011. Khushnum Bhandari / The National

Les sites culturels d’Al Ain, notamment Hafit, Al Hili, Bidaa Bint Saud et les oasis, ont été reconnus par l’Unesco comme des biens témoignant de l’occupation humaine sédentaire d’une région désertique depuis le néolithique, avec des vestiges de nombreuses cultures préhistoriques.

L’ère néolithique date de 2 000 à 4 000 ans et est connue pour le développement de l’agriculture.

Le site constitue un témoignage essentiel du passage des cultures de la région de la chasse et de la cueillette à une vie plus sédentaire.

Leptis Magna, Libye

L’arc de Sptimus Severus dans l’ancienne cité romaine de Leptis Magna, près de la ville côtière libyenne d’Al Khums. AFP

Leptis Magna était connue pour être l’une des plus belles villes de l’empire romain. Elle est aujourd’hui menacée par des décennies de guerre civile en Libye.

Situé sur une colline au-dessus de la Méditerranée, le site comprend une grande basilique, un hippodrome et un amphithéâtre qui pouvait autrefois accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs.

Fondée par les Phéniciens avant d’être conquise par Rome, la ville a vu naître Septimius Severus, qui est devenu empereur de 193 à 211.

Le site antique, construit sur un terrain de 50 hectares, a été placé sur la liste des lieux menacés de l’Unesco en 2016.

Terre de l’encens, Oman

L’encens fait partie intégrante de la culture et du patrimoine d’Oman.

Les arbres d’encens de Wadi Dawkah, les vestiges de l’oasis caravanière de Shisr, aujourd’hui Wubar, et les ports affiliés de Khor Rori et Al Baleed illustrent de manière vivante le commerce de la résine aromatique qui a prospéré dans cette région pendant de nombreux siècles et marquent la zone d’Oman comme l’un des plus importants points de commerce du monde antique et médiéval.

Le célèbre encens Hojari est produit à 25 kilomètres de l’arrière-pays du Jebel Samhan, à une altitude pouvant atteindre 1 500 mètres.

Le site date de plusieurs milliers d’années.

Site archéologique de Hegra, Arabie Saoudite

Une ancienne tombe nabatéenne sculptée sur le site archéologique de Hegra, près de la ville d’AlUla, dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite. AFP

Le site archéologique d’Al Hijr a été le premier bien d’Arabie saoudite à figurer sur la liste du patrimoine mondial. Anciennement connu sous le nom de Hegra, c’est le plus grand site conservé de la civilisation nabatéenne au sud de Petra en Jordanie. Il compte 111 tombes monumentales, dont 94 sont décorées, certaines remontant au premier siècle avant Jésus-Christ.

Le site comprend la région d’AlUla, qui est appelée à devenir l’une des principales attractions touristiques de l’Arabie saoudite.

Méroé, Soudan

Les Pyramides de Méroé dans le désert du Soudan. Getty Images

La ville antique de Méroé, classée par l’Unesco en 2011, se trouve sur la rive orientale du Nil, à environ 200 kilomètres au nord-est de la capitale soudanaise Khartoum.

Le site comprend des pyramides qui ont été construites il y a entre 2 300 et 2 700 ans. C’était la capitale de la dynastie Kush qui régnait depuis le début du 6e siècle avant J.-C..

Les structures de Méroé sont nettement plus petites que les pyramides de Gizeh, en Égypte, et mesurent entre 10 et 30 mètres de haut, avec des parois plus abruptes.

 

add your comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réservez votre tour ou votre séjour à Dubaï dés maintenant !